06.28.58.10.17 lionel@cr1.fr
Sélectionner une page

Depuis l’arrêt de fabrication du détecteur ionique (ionisation) d’autres technologies de détecteurs coexistent. 

Connaissez-vous d’autres types de détecteurs ? Nous n’aborderons pas, dans cet article, le détecteur par aspiration (multiponctuel), le détecteur linéaire et le DAAF (marquage CE et certifié NF). 

Contre les incendies et les déclenchements intempestifs, il vous faudra choisir la bonne technologie de détecteur  !  

Fonctionnement des détecteurs automatiques incendie ou DAI

La nature des phénomènes à détecter

L’objectif d’un systéme de détection incendie est d’obtenir une détection la plus précoce et sûre possible lors d’un début incendie.

Installer des détecteurs (ou des capteurs) permet d’atteindre cet objectif.

Ces capteurs sont appelés « Détecteurs Automatiques d’incendie ».

En sécurité incendie, l’analyse du local, des causes et des scénarios permet de choisir le bon détecteur. Ils utilisent différentes technologies qui permettent de détecter, avec précision, les phénomènes liés à l’incendie.

Fonctionnement des détecteurs, les phénomènes liés à un incendie

  • La chaleur,
  • Les fumées,
  • Les flammes,
  • Gaz de combustion (Détecteur de gaz, Monoxyde de carbone…)

Lors d’un début d’incendie, le détecteur part en alarme et envoie un signal à l’équipement de contrôle et de signalisation (ECS).

Il nous faut choisir judicieusement le type de détecteurs automatiques adapté au local, aux personnes et aux biens à protéger.

Sur le poste de l’alarme incendie, une attention particulière est portée lors

  • Étude de conception (APS – APD – PRO – DCE),
  • Étude de chiffrage (bureau d’études interne aux entreprises),
  • Étude d’exécution préalable à la réalisation des travaux

Sur chaque opération il faut une parfaite implantation, le bon type de détecteur et la bonne quantité de capteurs.

Le bureau d’études fluides ou le coordonnateur SSI veillent également lors de l’élaboration du CCTP ou du Cahier des charges fonctionnels (CdCF) au positionnement des détecteurs de fumée et au phénomène physique à détecter. On y retrouve églement les ZD (Zone de détection)

Fonctionnement des détecteurs, où installer un détecteur

  • Hauteur du local,
  • Localisation et configuration du plafond,
  • Sens des courants d’air,
  • Emplacement des entrées d’air et des gaines de ventilation,
  • Occupation du local,
  • Accessibilité pour permettre les opérations de maintenance

Fonctionnement des détecteurs, les phénomènes physiques à détecter

  • Détection des aérosols de combustion,
  • Détection d’une température anormalement élevée,
  • Détection dans le domaine de l’infrarouge ou de l’ultraviolet,

Le choix du détecteur se fait en fonction de la précocité du phénomène à détecter mais aussi du type de phénomène qui va apparaitre en premier. Cette notion est fondamentale.

Fondamentaux de conception du détecteur automatique incendie

Prérequis de conception d’un détecteur automatique

  • S’assurer d’une détection dans les temps (Précocité),
  • Transmettre fidèlement le signal de cette même détection,
  • Retranscrire clairement et sans ambiguïté ce signal sous forme d’information d’alarme,
  • Ignorer les phénomènes autres que ceux qu’ils ont pour but de détecter,
  • Signaler clairement et rapidement la moindre anomalie de fonctionnement.

Le détecteur doit résister, dans des limites définies par les normes, à certaines agressions environnementales.

Par exemple

  • Vibrations et Chocs mais uniquement dans des conditions normales d’installation et de transport.
  • Vis à vis d’une atmosphère humide et corrosive,
  • Variations thermiques,
  • Variation de tension d’alimentation électrique,
  • Phénomènes électromagnétiques…

Selon la norme européenne EN 54-7 relative aux détecteurs ponctuels fonctionnant suivant le principe de la diffusion ou de la transmission de la lumière, chaque détecteur doit être équipé d’un indicateur d’alarme intégré, de couleur rouge (diode ou led).

Grâce à cette led rouge, le détecteur parti en alarme peut-être identifié jusqu’à l’acquittement de cet état.

Lorsque d’autres états du détecteur peuvent-être visuellement indiqués, ils doivent être clairement distingués de l’état d’alarme sauf lorsque la détection est dans une condition de maintenance.

La gamme de détecteurs existante couvre tous les cas d’incendie. 

Implantation des détecteurs automatiques d’incendie

Un feu émet des fumées et des gaz chauds qui se développent sous la forme d’un cône qui s’élargit pour se répartir en nappe au niveau du plafond.

L’installation d’un détecteur est indispensable aux endroits où les fumées et la chaleur se concentrent le plus vite, c’est à dire fixés au sommet des locaux à surveiller.

Pour le détecteur de fumée, la distance verticale nécessaire entre l’élément capteur du détecteur et le plafond est fonction de la hauteur du local à surveiller et de l’inclinaison du plafond ou de la toiture.

On veillera à éviter la couche d’air chaud (Effet POULAIN). Cette dernière, peut empêcher la fumée de parvenir jusqu’au capteur du détecteur.

Hauteur du local à surveiller
I ≤ 15°
15° < I ≤ 30°
I ≥ 30°
(h = m)MiniMaxiMiniMaxiMiniMaxi
h ≤ 5m3 Cm20 Cm20 Cm30 Cm30 Cm50 Cm
5m < h ≤ 7m7 Cm25 Cm25 Cm40 Cm40 Cm60 Cm
7m < h ≤ 9m10 Cm30 Cm30 Cm50 Cm50 Cm70 Cm
9m < h ≤ 12m15 Cm35 Cm35 Cm60 Cm60 Cm80 Cm

I = inclinaison du plafond ou de la toiture

Principes techniques des différents détecteurs Automatiques Incendie

Une tête ou un détecteur automatique d’incendie est composé de trois parties.

  • Le capteur du détecteur

Il mesure l’évolution d’une courbe, d’un paramètre chimique ou physique auquel il correspond.

Fonctionnement des détecteurs, les paramètres

  • La fumée,
  • La flamme,
  • La température…

La réception de cette information est ensuite transformer en signal électrique exploitable.

  • L’analyse des informations délivrées par le capteur

Il doit distinguer s’il s’agit d’un état de veille, d’un dérangement ou d’une alarme.

  • Une remontée de l’information vers un ECS (Equipement de contrôle et de signalisation).

Fonctionnement des détecteurs, les états

  1. Hors service,
  2. États de veille,
  3. Dérangement ou d’alarme feu.

En fonction des équipements centraux, il peut-être envoyé l’identification du point (détecteur ou  DAI).

Quand mettre un Détecteur optique Adressable

Les détecteurs optiques de fumée (Norme EN 54-7) sont des détecteurs sensibles à toutes les fumées utilisant le principe de réflexion de lumière générée par les particules de fumées dans une chambre noire (Effet Tyndall).

Le fonctionnement du détecteur est particulièrement adapté à la détection de feux couvant ou de flammes avec dégagement des fumées.

A titre d’exemple les références suivantes

  • Détecteur Optique Adressable OA12F
  • Détecteur Optique Conventionnel OC05F

Le socle de certaines références peut accueillir un ICC (isolateur de court cicruit)

Ces détecteurs sont utilisés

  • Milieu tertiaire,
  • Industriel, scolaire,
  • Hôtelier,
  • Médical (hôpital, clinique, maison de retraite)
  • Touristique (musées)
  • Centre commerciaux

Il existe également des optiques de fumées spécialisés pour zones ATEX. Ils fonctionnent de la même façon qu’un optique de fumée classique. En revanche ils sont destinés aux locaux ATEX ( Charges batteries des zones électriques par exemple).

Gamme ATEX

  • Détecteur Optique Conventionnel ATEX OC05FEX

Pour utiliser ce détecteur optique, il faut ajouter une interface MBA95Ex ou EX4D-EX

Quand utiliser un détecteur multicritère Adressable   

Les multicritères de fumées sont des détecteurs mesurant simultanément la présence de particules de fumées et l’élévation de température. Il permet une analyse plus fine et évite ainsi de fausses alarmes.

Référence de détecteur multicritère adressable

  • Détecteur Multicritère Adressable MA12F

Environnement d’utilisation du détecteur Multicritére

  •  Milieux industriels,
  • Parkings,
  • Hôtels

Comment choisir son détecteur de Chaleur

Le détecteur ponctuel de chaleur est conforme à la norme EN 54-5. Il peut-être de type V = Thermovélocimétrique ou de type S = Thermostatique.

En générale, les détecteurs peuvent être utilisés entre -10°C et +40°C

Le seuil de déclenchement en alarme des détecteurs sont des réglages usine.

Quand choisir le Détecteur Thermovélocimétrique Adressable

Les détecteurs thermovélocimétriques sont des détecteurs de chaleur mesurant une rampe d’élévation de température de 9°C en 1 minute. Ils sont particulièrement insensibles aux poussières. Il donne une information plus précoce que les thermostatiques.

Référence de détecteur Thermovélocimétrique

  • Le détecteur Thermovélocimétrique Adressable TA12F

Environnement d’utilisation du détecteur

  • Chaufferies,
  • Locaux de groupe électrogène,
  • Dans les pièces humides.

Très adaptés au milieu industriel, nous les trouvons en Conventionnel ou Adressable.

Il existe également un optique de fumée spécialisé pour zones ATEX, le TRC05FEX. Il est destiné aux locaux ATEX.

Quand retenir un détecteur Thermostatique Adressable

Les détecteurs thermostatiques mesurent le seuil de température 62°C ou 75°C. Comme les détecteurs thermovélocimétriques, les thermostatiques sont insensibles aux poussières.

Le détecteur Thermostatique Adressable TSA12F

Environnement du détecteur Thermostatique

  • Les Chaufferies,
  • Locaux de groupe électrogènes,
  • Les cuisines

Leur installation peut aussi se faire en milieu industriel. Ils existent également une référence Conventionnel.

Détecteur de flammes

Les détecteurs de flammes mesurent les rayonnements infrarouges d’une flamme. Ils sont disponibles en conventionnel ou en version Adressable.

Les Détecteurs de flammes sont utilisés

  • Milieu industriel type stockage de matières inflammables,
  • Déchetteries,
  • Protection de machines

Le VIREX, un détecteur de flammes ATEX conventionnel est également disponible. Ils fonctionnent sur le même principe que le détecteur de flamme classique. Ceci étant, il faudra le coupler avec une interface MBA95EX ou EX4D-EX

Dans le domaine de la détection incendie, vous l’avez compris, détecter la présence de fumée (détection de fumée) ou le départ d’un feu le plus précocement possible est un impératif.

Voilà pourquoi il a fallu rendre obligatoire des procédures de maintenance sur les systèmes de sécurité incendie.

  • Système d’alarme (UGA),
  • Déclencher l’alarme,
  • Audibilité en tout point du bâtiment des avertisseurs sonores,
  • Centrale d’alarme,
  • Vérification du bon nombre de détecteurs,
  • La conformité de l’installation,
  • Le parfait fonctionnement des détecteurs incendie

Une procédure de reconditionnement des détecteurs est mise en place suivant les recommandations du constructeur.

On peut s’appuyer sur le taux d’encrassement des DAI pour mesurer la qualité générale de l’installation. Sur ce point on portera attention à la NFS 61-933.

Pin It on Pinterest