06.28.58.10.17 lionel@cr1.fr
Sélectionner une page

Connaissez-vous les principes de base des SSI ?  Saviez vous que l’architecture des Systèmes de sécurité incendie doit, suivant les normes et règlements incendie, satisfaire à un certain nombre de principes.

Je vous propose de retrouver dans cet article les principes de base des SSI. Si vous avez besoin d’un conseil, vous pouvez retrouver les plus grands acteurs de l’incendie qui viennent de sortir un annuaire sur la sécurité incendie

La gestion autonome

Le SSI possède une gestion autonome par rapport aux installations ne concourant pas à la mise en sécurité incendie d’un bâtiment. Il est totalement indépendant des autres systèmes ou installations techniques du bâtiment. Le but étant d’éviter qu’une simple défaillance d’un équipement courant n’ait une incidence sur le SSI. Seule la recopie d’informations vers un autre système (Gestion technique centralisée ou gestion technique du bâtiment) est autorisée.

La dissociation des fonctions de détection et de mise en sécurité

Les fonctions « détection » et « mise en sécurité » doivent être dissociées ainsi que leurs alimentations de sécurité de telle sorte que la défaillance d’un sous-système n’entraîne pas la défaillance de l’autre.

L’un des principes de base des SSI, la fiabilité

Les sous-ensembles d’un SSI doivent pouvoir assurer leurs fonctions à tout moment. Pour satisfaire à cette exigence de fiabilité, ils doivent être conformes aux normes, installés suivants les règles précises et régulièrement entretenus. En outre, la compatibilité fonctionnelle (ou l’associativité) entre les différents éléments doit être assurée.

L’indépendance d’énergie

Les canalisations d’énergie électrique de fonctionnement du SSI doivent être indépendantes de celles des autres énergies électriques. Le Système de sécurité incendie doit en effet être à l’abri d’une coupure intempestive, toujours possible avec les réseaux de distribution classiques. En outre, hormis certains cas particuliers, les liaisons doivent faire l’objet d’une surveillance.

Le zonage

Les établissements étant généralement découpés, au titre de la sécurité incendie, en plusieurs volumes correspondant chacun, selon le cas, à un local, un niveau, un compartiment, un canton, une cage d’escalier, …. Les zones ainsi définies correspondent à un ou plusieurs de ces volumes ou à l’ensemble d’un bâtiment. 

La zone de détection ou ZD

La zone de détection désigne « soit une zone surveillée par un ensemble de détecteurs incendie (DI), soit une zone surveillée par un ensemble de déclencheurs manuels, auxquels correspond, dans chaque cas, une signalisation commune.»

On note

  1. Les zones de détection automatique (ZDA) surveillées au moyen de détecteurs incendie;
  2. Les zones de déclencheurs manuels (ZDM) surveillées au moyen de déclencheurs manuels.

Cette différenciation, introduite par la norme NF S 61-931, entre une alarme feu issue d’un détecteur automatique et celle issue d’un déclencheur manuel est indispensable lorsque la détection incendie entraîne la commande d’automatismes de mise en sécurité incendie : Une personne témoin d’un début d’incendie n’actionnera pas nécessairement le déclencheur manuel situé à l’endroit où le début de feu a lieu, tandis qu’un détecteur incendie se déclenchera automatiquement.

La zone de mise en sécurité (ZS)

C’est une zone « susceptible d’être mise en sécurité par le système de mise en sécurité incendie (SMSI). » Selon la fonction de mise en sécurité réalisée dans la ZS,

on distingue

  1. La ZC, zone géographique où la fonction compartimentage est réalisée ;
  2. La ZF, zone géographique dans laquelle la fonction désenfumage est réalisée.

La zone de diffusion d’alarme (ZA)

La zone de diffusion d’alarme est une “zone géographique dans laquelle le signal d’alarme générale est audible pour donner l’ordre d’évacuation. Une zone de diffusion d’alarme peut comporter un ou plusieurs diffuseurs sonores (DS). Elle constitue une zone de mise en sécurité (ZS). Lorsqu’il est prévu un déverrouillage automatique des issues de secours, celle-ci doit s’effectuer par ZA dans le cadre de la fonction d’évacuation du SMSI.”

Il est important de retenir le principe de l’emboîtement des zones tel que défini par la norme NF S 61-932 qui prévoit qu’une zone de diffusion d’alarme (ZA) doit englober une ou plusieurs zones de mise en sécurité (ZS). Chaque zone de mise en sécurité devant englober une ou plusieurs zones de détection (ZD).

En tenant compte de ces distinctions le principe d’emboîtement se traduit par 

  • une zone de diffusion d’alarme (ZA) doit englober une ou plusieurs zones de compartimentage (ZC). Chaque zone de compartimentage doit englober une ou plusieurs zones de désenfumage (ZF). Et chaque zone de désenfumage doit englober une ou plusieurs zones de détection automatique (ZDA) ;
  • une zone de diffusion d’alarme (ZA) doit englober une ou plusieurs zones de détection manuelle (ZDM).

Pin It on Pinterest